Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche
Hélène Nessi

est architecte-urbaniste et maître de conférences à l’université Paris-Nanterre, et chercheuse au sein du laboratoire Ville urbanisme et environnement (Lavue). ses recherches portent sur la mobilité individuelle quotidienne et de loisir dans les espaces urbains et périurbains, les formes urbaines et les modes de vie, ainsi que les politiques énergétiques et la coordination entre les réseaux (transport, eau, électricité) et l’urbanisme.
Elle a notamment publié « Leisure mobility and individuals’ relationship to the living environment : a comparison between the Paris and rome urban regions », Environnement Urbain/Urban Environment, 2017, [en ligne] http://eue.revues.org/2034 ; avec P. Sajous, M. Thébert, B. Conti et L. Proulhac, « Le changement, c’est pour quand ? », EspaceTemps.net, 2017, [en ligne]
www.espacestemps.net/articles/la-mobilite-periurbaine-le-changement-cest-pour-quand/ ; avec F. Le Néchet et L. Terral, « changement de regard sur le périurbain, quelles marges de manœuvre en matière de durabilité ? », Géographie Économie et Société, 18, 2016, pp. 15-33 ; et avec
F. Néchet et A. Aguilera, « La mobilité des ménages périurbains au risque des crises économiques et environnementales », Géographie Économie et Société, 18, 2016, pp. 113-139.
nessi.h@u-paris10.fr

  

Article paru dans le numéro 113
mars 2019,
La ville standardisée

Hélène Nessi

La transposition d’un modèle de transition énergétique international à l’échelle locale : entre solutions techniques standardisées et outil d’aide à la décision

Les politiques de transition énergétique reposent sur un certain nombre de normes et de solutions techniques diffusées par des experts internationaux pouvant avoir pour effet la standardisation des modes de production de la ville. À partir du modèle de transition énergétique proposé par l’économiste J. Rifkin (2011), celui de la « troisième révolution industrielle », cet article analyse la transposition d’un modèle global à l’échelle locale. L’étude comparative des politiques publiques de transition énergétique de la ville de Rome et de la région Nord-Pas-de-Calais à travers leur masters plans, tous deux réalisés par J. Rifkin, montre l’impact du désajustement entre référentiel d’actions global et local sur la mobilisation des acteurs locaux, et l’importance du rôle de ces acteurs locaux dans le travail d’appropriation de ces modèles standardisés, afin qu’ils ne soient pas de simples transpositions de solutions techniques mais deviennent de vrais projets de territoire.

 

 

  

Sommaire