Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche
Julian Devaux et Nicolas Oppenchaim

Julian Devaux est docteur en sociologie et chercheur associé au laboratoire Ville, mobilité, transport (LVMT). Il consacre ses travaux à l’analyse des liens entre pratiques de mobilité quotidiennes et processus de socialisation à l’adolescence, et
s’intéresse plus précisément au cas des jeunes résidant en milieu rural. Il a récemment publié « Les trois âges de la socialisation d’adolescents ruraux : une analyse à partir des mobilités quotidiennes », Agora débats/jeunesses, n° 68, 2014 ; et « L’adolescence à l’épreuve de la différenciation sociale. Une analyse de l’évolution des manières d’habiter de jeunes ruraux
avec l’âge », Sociologie, n° 4, 2015.

Nicolas Oppenchaim est maître de conférences en sociologie à l’université François-Rabelais de Tours et chercheur au laboratoire Citeres (UMR 7324). Il a travaillé sur le thème des enfants sans logement et sur les pratiques de mobilité d’adolescents vivant dans des quartiers ségrégués. Il a récemment publié Adolescents de cité. L’épreuve de la mobilité, PUFR (Villes Perspectives et territoires), 2016.

  

Article paru dans le numéro 112
mai 2017,
Le genre urbain

Julian Devaux et Nicolas Oppenchaim
La socialisation à la mobilité n’est-elle qu’une question de genre ? - L’exemple des adolescents de catégories populaires du rural et de zones urbaines sensibles
Les pratiques et rapports des adolescents à la ville sont le plus souvent appréhendés par le seul biais du genre et des inégalités entre filles et garçons. Cet article vise, à partir d’une méthodologie mixte et d’une comparaison entre contexte rural et celui des zones urbaines sensibles, à montrer que le genre n’est pas la seule variable à agir sur les processus de socialisation à la mobilité à l’adolescence. L’effet du genre sur ces processus se décline en effet différemment selon les appartenances sociales et résidentielles des adolescents.

 

 

  

Sommaire